Vision de l'éducation

Les besoins de l’enfant et les postures de l’éducateur

Les mots « l’enfant » et « l’éducateur » (moult fois répétés !) sont au singulier, ils désignent l’ensemble des enfants et des éducateurs.

Attitude positive     
L'éducateur reconnaît et encourage chaque progrès, chaque succès. L'enfant est sensible aux marques d'enthousiasme, aux expressions du visage et du corps, au ton de la voix.

Confiance    
L'éducateur a confiance dans les capacités de l'enfant et veille à ne pas les limiter. Il le laisse exprimer librement sa curiosité, son imagination et sa créativité.

Parole         
L'éducateur réalise qu'il est un modèle pour l'enfant. Etre un modèle, d’après André Stern, c’est être tellement et authentiquement soi que l’on donne envie aux autres d’être complètement eux-mêmes. L'enfant prend au sérieux les mots de l'adulte. Il entend les mots et son cerveau ne connaît pas la négation. Dans « ne touche pas ça », le cerveau retient « touche ». L'éducateur fait donc des phrases affirmatives et énoncent les comportements à avoir et non ceux à ne pas avoir. Le ton et les expressions du visage et du corps sont primordiales, un enfant qui a peur ne pourra pas entendre ce qui est dit car son état de peur l'en empêche alors que de l'enthousiasme et de la bienveillance participeront à sa motivation. L'éducateur se calme avant de s’adresser à l'enfant et s'il n'y parvient pas il explique par la suite ce qu'il a ressenti qui l'a fait agir ainsi. Il fait de son mieux pour employer des mots « jolis » et pour éviter les mots « moches ».
L'éducateur est attentif à ne pas juger l'être. S'il doit réprimer ou féliciter une action, il décrit bien l'action faite et ne dit pas « Tu es ceci ou cela ».

Intimité
L'enfant a besoin d'un espace privé, l'éducateur accepte que l'enfant possède des objets et un espace sur lequel il n'a pas droit de regard : un cahier, un tiroir...

Mémoire     
L'éducateur observe et questionne l'enfant pour connaître la mémoire la plus développée : visuelle, kinesthésique, auditive. Des exercices physiologiques viennent renforcer la mémoire principale et aider au développement des autres, ainsi qu'à l'harmonie des échanges entre cerveaux droit et gauche.

Sollicitations          
Quand un enfant le sollicite, l'éducateur accuse réception de sa demande en reprenant ses mots, sans forcément répondre à la sollicitation de suite, il tourne son corps vers l'enfant et le regarde. Si l'enfant sollicite l'éducateur pour garder le lien en montrant qu'il veut partager son plaisir, l'éducateur lui sourit, lui dit un mot gentil pour confirmer le lien. Si l'éducateur ne peut répondre par l'affirmative, il exprime à l'enfant quel est son besoin contradictoire, l'aide à patienter et lui donne un cadre non négociable avec des repères temporels. Ainsi il aide l'enfant à respecter les besoins des autres.

Cadre non négociable et forme libre        
L'éducateur donne un cadre non négociable mais n'impose pas la manière d'agir. L'enfant est libre dans sa manière de mettre en œuvre ce qui est demandé, il gagne ainsi en autonomie et responsabilité. L'éducateur fixe ce qui doit être fait, et quand ça doit l'être, il ne dicte pas sa manière de « comment » cela doit être fait. Si l'enfant demande de l'aide, l'éducateur l'aide en lui posant des questions où ? quand ? avec qui ? commencer et finir par quoi ? Il le guide pour que l'enfant trouve ce qui lui convient.

Rêve           
L'éducateur encourage inconditionnellement les ambitions professionnelles et personnelles de l'enfant. Il ne démolit pas ses rêves, il ne brime pas son imagination. Il ne projette pas ses propres ambitions sur l'enfant et ne lui met pas la pression pour une réussite professionnelle future. Il prépare le cadre nécessaire à son épanouissement, respecte sa liberté d'action dans ce cadre. Il peut s'appuyer sur le rêve de l'enfant pour faire le lien avec la réalité, c’est à dire lui montrer en quoi telle action, tel comportement est nécessaire pour réaliser son rêve.

Bêtise  
Quand un enfant fait « une bêtise », l'éducateur se calme, se met à sa hauteur et parle d'un ton ferme et bienveillant. Une intonation dure et des cris feraient peur à l'enfant, celui-ci ne pourrait alors plus comprendre le sens des mots. L'éducateur reconnaît le plaisir que l'enfant a à faire cette activité puis lui dit en quoi elle ne convient pas dans ce contexte et lui propose un contexte adéquat, si c’est possible l'éducateur exprime son émotion source : peur, fatigue... et explique pourquoi cette activité est interdite et/ou dangereuse dans ce contexte. L'éducateur fait attention à dire ce qui est fait et qui ne convient pas sans juger ce que l'enfant est.

Ouverture et formation continue            
L'éducateur est continuellement en formation : il échange avec ses pairs, il est ouvert à d'autres approches éducatives et s'en enrichit, il se tient informé des avancées scientifiques en neurosciences.

Travail sur soi                 
L'éducateur est capable de prendre du recul sur sa pratique, il peut entendre des critiques constructives. Il fait un travail sur lui-même pour apprendre à se connaître, pour ne pas reproduire inconsciemment des schémas de sa propre éducation, pour guérir ses blessures, pour gagner en compréhension et en compassion envers les autres, pour évoluer et donner le meilleur de lui-même et l'exprimer justement dans ses pensées, ses paroles et ses actes.

Liberté        
L'enfant est libre de mouvement et n'est pas contenu dans un espace restreint qui le limite. L'espace dans lequel évolue l'enfant est aménagé par l'adulte afin qu’il y soit en sécurité tout en étant libre. Les aménagements permettent une multitude d'actions et sont faits avec des matériaux sains.

Rythme
Le corps de l'enfant se développe à son rythme et il est fait confiance à ses capacités propres de développement. Apprendre à marcher ou à parler demande des acquisitions d'une immense complexité, cela se fait sans actes didactiques mais avec le modèle des adultes et leur soutien inconditionnel. Il n'impose pas les croyances que telle compétence doit être acquise à tel âge. Marcher de bonne heure ne signifie pas devenir champion de course à pieds.

Rapport au corps et à la santé    
L'enfant apprend des gestes quotidiens simples et doux qui allient souffle, force et souplesse. Il gagne en autonomie et responsabilité dans la prise en charge de sa santé. L'importance de prendre soin de son corps et de le rendre beau est transmise à l'enfant. Un corps sain et beau facilite la vie et étend les possibilités. C'est un premier pas nécessaire qui permet à l'enfant de prendre soin de son environnement.

Nourriture   
La nourriture se compose d’aliments sains, simples et diversifiés et dans un cadre calme. L’enfant apprend qu'il se nourrit pour donner l'énergie nécessaire à son corps. L'adulte respecte ses goûts. La nourriture n’est en aucun cas objet de chantage ou de punition.

Observation 
L'enfant apprend à être le témoin de ses actes, paroles, désirs, instincts. Ainsi il apprend à ne pas s'identifier à ses émotions et limite la création de souffrance.

Volonté       
L'enfant est encouragé à persévérer, à ne pas prendre la défaite comme définitive, à relativiser l'échec, ainsi il développe sa volonté.

Sens et ressenti      
L'enfant développe ses sens, il apprend à connaître le fonctionnement de son corps par son propre ressenti. L'éducateur ne juge pas ce que ressent l'enfant. Il est ouvert, il entend. Un ressenti ne peut être remis en cause.

Esthétique    
L'enfant développe le goût du beau, harmonieux, simple, sain. L'espace est aménagé et décoré à cet effet. Ce goût de l’esthétique est aussi un pré-requis pour prendre soin et respecter son environnement.

Artistique    
L'enfant est invité à expérimenter diverses activités artistiques en utilisant différents matériaux, naturels tant que possible, et en laissant aller son imagination, ainsi il développe son goût artistique.

Nature        
L'enfant est en contact avec la nature, il s'occupe de végétaux et d'animaux. Il apprend à l'observer, la découvrir, la comprendre et ainsi la respecter.

Diversité     
Les enfants ont leurs propres processus d’apprentissage et leurs centres d’intérêt. Ceci sont multiples et évoluent. L'éducateur diversifie les outils à disposition pour rendre possibles de nombreux sujets d'études et d’approches afin de répondre à cette multiplicité et ne pas enfermer.

Lecture
De nombreux ouvrages instructifs et attractifs sont à disposition. La bibliothèque s’enrichit en fonction des centres d’intérêt de chacun. Les enfants ont l’espace et le temps nécessaire pour s’adonner à la lecture.

Observation, attention, concentration       
L'enfant apprend à fixer son attention, à observer, à se concentrer. Ces capacités sont celles qui lui permettent d'appréhender de nouvelles informations et de les traiter.

Doute
L'éducateur invite au doute, au regard critique face à tous ce qui est pris pour « vérités ». Ceci sans idéalisme, dogme politique ou religieux et sans cultiver la peur mais plutôt le recul, le questionnement, la remise en cause.

Découverte et Imagination  
L'éducateur encourage l'enfant à explorer. Tout ce qui fait partie du milieu est source de découverte. L'éducateur laisse l'enfant éveiller son imagination. Il veille à ne pas nuire à sa curiosité et sa créativité.

Réceptivité            
La réceptivité de l'enfant lui permet de s'ouvrir à de nouvelles informations, de nouveaux concepts. Sa curiosité en dépend. Pour être réceptif, l'enfant n’est pas submergé de connaissances ni de certitudes.

Autonomie et socialisation  
L’autonomie n'est pas l'allonomie, un enfant autonome ne reste pas assis sagement à exécuter des exercices, il est capable de participer à l'élaboration et à la mise en place des règles de fonctionnement dans l’intérêt de chacun. L’organisation, de type coopérative, est une auto-organisation collective qui est élaborée par l’ensemble des enfants, avec l’aide des éducateurs, pour permettre et l’activité de chacun dans un collectif, et le bien vivre de l’ensemble. Ainsi l'enfant se socialise.

Emotions          
L’éducateur permet à l’enfant d’exprimer ses chagrins, pleurs et colères. Il est présent physiquement et écoute avec empathie l’enfant se décharger de ses émotions. Ceci signifie que l’éducateur ne juge pas les émotions, ne laisse pas un enfant seul face à sa détresse, ne détourne pas l’enfant de ses émotions en pensant qu’il n’est pas bon pour l’enfant de les extérioriser.

Communication
L’éducateur initie à la communication non violente ou assertive, qu’il pratique lui-même de son mieux. Il aide l’enfant à identifier ses ressentis, ses sentiments, ses besoins et à formuler ses demandes négociables. Il est vigilent quant aux phrases toutes faites et aux préjugés qui enferment.

Conflits
L’éducateur aide les enfants qui entrent en conflit de manière bienveillante, sans juger et sans violence verbale ou physique. Il est le médiateur et accompagne la résolution des conflits en gardant en tête l’émancipation de chacun, c'est-à-dire sans faire à la place des enfants.

Le cadre éducatif

L'enfant est à la source de son développement et de ses apprentissages. Il construit ses langages écrit, oral, mathématique, physique et artistique à son rythme, dans le respect de ses propres processus mentaux et de sa singularité. Les adultes font confiance aux ressources de chaque enfant. C'est par les interactions et les interrelations avec le milieu, les autres enfants et les adultes que l'enfant s'enrichit de nouvelles informations qu'il apprend à traiter et développe ainsi ses différents langages (au sens décrit par Bernard Collot dans ses ouvrages). L'éducateur permet ses apprentissages par le cadre sécure qu'il aménage en coopération avec enfants et parents, par son accompagnement riche de ses observations et de ses échanges avec des pairs. Le cadre est nécessairement hétérogène, la classe est multi-âge, ainsi que multi-handicap, et les milieux socio-économico-culturels sont diverses. Ceci favorise naturellement l'entraide, diminue la compétition et la violence et permet à tous de bénéficier des « avantages » de chaque âge, telle que la spontanéité des plus jeunes et l'organisation des plus grands.

L’équipe éducative

L'équipe éducative est constituée des professionnels de la structure, des parents et des bénévoles. Les parents sont impliqués dans l’élaboration des stratégies éducatives, participent à l'observation de leurs effets, peuvent émettre des critiques à soumettre à discussion, peuvent participer aux activités de l’école. L’école est ouverte aux parents et à d'autres adultes cooptés. Toute personne présente auprès des enfants est « éducateur ».
Toutes les relations sont importantes, enfant-enfant, adulte-enfant et adulte-adulte. La communication repose sur le principe de la non-violence.

Le processus du "3ème type"

C’est un processus sur le chemin entre la classe coopérative populaire de Célestin Freinet et la société sans école d’Ivan Illich. C’est le « pas d’école » à l’école, l’espace des apprentissages informels, le « unschooling pour tous ».
C’est une école en mouvement, rien n’est figé. L’adulte est là pour accompagner et permettre, il garde à l’esprit de ne surtout pas nuire au développement naturel de l’enfant. Etre un enseignant du 3ème type, c’est être un éducateur qui n’a pas envie de trop en faire. C’est être un éducateur qui a foi dans la bonté de l’enfant, qui a confiance en l’humain. C’est souhaiter que son aide apporte à l’enfant la conscience qu’il y a une place pour sa singularité dans ce monde ainsi que la connaissance suffisante de ce monde pour pouvoir trouver cette place. C’est mettre au centre l’enthousiasme, véritable moteur du développement des talents, et la motivation intrinsèque pour apprendre « en faisant pour de vrai ». C’est souhaiter le développement de l’intelligence émotionnelle de chacun qui permet de rester connecter à « son centre », « sa source », « son flux vital ».


Aucun commentaire:

Publier un commentaire